Pourquoi je défends « le salaire universel »

Pourquoi je défends « Le salaire universel »

www.Alainrodriguez.fr       Alainrodriguez66100@gmail.com

Il ne suffit pas de parler de salaire universel la veille d’une primaire ou de la présidentielle pour convaincre le peuple et les décideurs du bien fondé de ce nouveau projet ! Le sujet, oh combien intéressant et vital (à mes yeux) est beaucoup trop délicat pour être traité par ceux là même qui portent la responsabilité de la ruine de notre pays !

Depuis des années, je défends l’idée d’un salaire universel. J’en ai même consacré un chapitre entier dans mon dernier roman « L’échec d’une révolution II » aux éditions Hermione (http://editionhermione.com/). Je n’ai pas la prétention d’affirmer être le propriétaire de cette avancée sociale mais j’essaie au moins d’en définir les contours, les raisons et le pourquoi. L’idée d’instaurer un salaire universel versé sans aucune contrepartie pour que cesse la pauvreté, la paupérisation dans notre pays est selon moi l’unique solution pour nous sortir de l’impasse du chômage de masse. Ma conclusion est fondée sur une longue réflexion concernant les maux de la société française que l’on peut observer également partout ailleurs et qui durent depuis des décennies.

Depuis 1973, début du chômage de masse et de la dette, aucune des solutions apportées par nos politiciens de gauche comme de droite n’ont donné des résultats satisfaisants. Bien au contraire, ils n’ont cessé de l’aggraver. Et pour cause, peu de personnes identifient réellement les véritables raisons de ce fléau. D’où l’impossibilité d’y apporter de véritables solutions.

Le chômage n’est pas dû uniquement à l’ouverture des frontières avec la libre circulation des hommes et des marchandises, ni même à l’utilisation abusive de l’optimisation fiscale qui incitent les multinationales à escamoter le plus légalement du monde leurs bénéfices aggravant les déficits sociaux de tous les pays. Et encore moins de la dette, responsable dés les premiers emprunts d’une envolée exponentielle de notre fiscalité. Non, il n’y a pas que cela. Le grand fléau destructeur d’emplois qui tape à nos portes, et dont personne ne semble s’émouvoir, est la computérisation, la robotisation, aidées de l’avancée vertigineuse de l’intelligence artificielle. Ces avancées technologiques détruisent des millions d’emplois sans précédent dans l’histoire de l’humanité.

Hier, les multi nationales et trusts réalisaient des bénéficies colossaux en faisant fabriquer par des esclaves nos produits de consommation les plus courants (télévision, ordinateur portable, électroménager, tablettes, téléphone mais aussi les vêtements, chaussures etc…) pour les vendre à des chômeurs. Aujourd’hui, elles réalisent de confortables bénéfices en remplaçant l’ouvrier par la machine. Sous couvert de modernisation, de rapidité, les entreprises de services comme les banques, les compagnies d’assurances, les standards téléphoniques dans le privé comme dans l’administration, remplacent progressivement l’être humain par des machines. Le résultat ne se fait pas attendre, les guichetiers et autres employés de banques disparaissent, tout comme les caissières dans les supermarchés, alors que déjà les bouchers, charcutiers, poissonniers et fromagers ont laissé place aux produits frais préemballés. Le reste des tâches étant finalisé par le consommateur, lui-même.

L’industrie n’est pas en reste car depuis de nombreuses années les chaînes de fabrication de voitures sont entièrement automatisées. Il en est de même dans l’industrie agro alimentaire et pharmaceutique. 90% de nos produits alimentaires, d’hygiène, sont fabriqués par des machines. Amazon aux États-Unis, utilisait déjà fin 2016, 45 000 robots dans les grandes allées de ses hangars d’après le Seattle Times.

Et pour couronner le tout, la célèbre firme Adidas annonça au mois de mai 2016, la prochaine ouverture de sa nouvelle usine de 4600 m² à Ansbach (Allemagne) entièrement automatisée pour la fabrication des baskets. C’est ainsi que les usines chinoises et indiennes se trouvent elles aussi, face au danger de cette technologie destructrice d’emploi.  Ces quelques exemples démontrent les véritables raisons du chômage de masse et font apparaître clairement les mensonges anachroniques de nos dirigeants. Et tous, savent la vérité, puisqu’ils débattent au sein des gouvernements comment imposer aux entreprises des taxes patronales sur les robots.

Toutes ces raisons, m’ont emmenée peu à peu à l’idée d’instaurer un salaire universel. J’ai par ailleurs trouvé le même écho auprès d’un professeur d’économie Sergio ROSSI, de l’université de Fribourg. Il est un des défenseurs du RBI (Revenu universel inconditionnel) en Suisse. Ils n’ont certes pas obtenu la majorité lors du référendum du 5 juin 2016 mais le débat est lancé.

J’ai pu juger à la lecture des documents qu’il m’a fait parvenir  que la préoccupation des responsables et économistes Suisses est d’anticiper la montée du chômage de masse chez eux. En effet, la Suisse longtemps réputée pour ses banques et assurances se trouvent elles aussi en difficulté. Le ralentissement économique perceptible sur toute la planète depuis la crise de 2008, s’abat sur le pays au point d’observer des difficultés financières dans de nombreux secteurs d’activités qui ont fait sa réputation. Malheureusement, ce scénario est perceptible un peu partout dans le monde même aux USA (pourtant nation très riche) ou le « Way of life » n’a plus aucun sens.

En fait, toutes ces raisons amènent peu à peu les hommes à se pencher sérieusement sur l’élaboration d’un nouveau concept d’économie. Le revenu de base inconditionnel ou revenu universel ne sont qu’une première étape à franchir.

Le RU présente bien plus d’avantages que d’inconvénients et pour cause !

Si tous les Français bénéficiaient d’un salaire universel leur permettant de vivre décemment sans aucune contrepartie, il s’en suivrait un changement radical dans les rapports au monde du travail, des entreprises, de la stabilité sociale et familiale dans l’histoire de notre pays mais aussi dans le monde entier.

1° La fin de ces innombrables aides d’états officielles et officieuses, assureraient la plus grande part du financement du salaire universel. Cela occasionnerait une restructuration de tous les services sociaux avec des économies et une meilleure transparence. Fini le RSA, aides au logement, aides à l’emploi,  bons alimentaires, restos du cœur, …… Une meilleure répartition des fonctionnaires dans des secteurs tels que la police, la gendarmerie, les douanes, le corps médical, les pompiers, l’éducation nationale etc…, réduirait les dépenses sans pour autant diminuer leur nombre.

2° Fini la chasse aux fraudeurs. Tous les bénéficiaires ne seraient plus tentés par la fraude. L’enregistrement se ferait par biométrie des mains et de l’iris. La biométrie des mains permettrait tout accès. Celle de l’iris ne servirait qu’en cas de litige. Ce système mettrait fin aux usurpations d’identité, aux polygames, aux dossiers doublons et autres fraudes en tout genre…autant d’argent économisé.

3°Les emplois difficiles et peu attractifs nécessitant peu de qualification retrouveraient vite de l’attrait car le salaire universel mettrait fin à la recherche des emplois pérennes et de plus en plus rares proposés par l’administration. Les petits boulots trouveraient vitre preneur.

4°Avec le R.U, les familles ne seraient plus menacées par des difficultés financières et seraient plus épanouies, avec pour conséquence une cohésion et une stabilité familiale plus forte.

5°Lors d’un recrutement, le salaire ne serait plus le nerf de la guerre. Le futur candidat serait plus sensible aux conditions de travail, à l’ambiance, à l’organisation. Il pourrait refuser des offres car « IL POURRAIT SE LE PERMETTRE » ! Cela mettrait fin aux abus de patrons peu scrupuleux et à ce nouveau concept d’esclavage voulu par le grand patronat, avec l’aide de la Loi El Khomri, et la complicité de nos politiques.  Une fois l’équation du salaire balayée, les gens choisiraient un travail non plus pour le revenu, mais pour l’intérêt du job et des chalenges. Les patrons, pour attirer les futurs employés, devraient avancer d’autres arguments qu’un bon salaire (flexibilité, ambiances, innovation, etc) et respecteraient la dignité de l’être humain avant tout.

6°Les parents désireux de rester à la maison élèveraient leurs enfants, ne se sentiraient plus en marge de la société, et le travail fourni à la maison ne serait pas improductif car garder un enfant chez soi augmenterait le nombre de places en  crèches et leur flexibilité. La collectivité ferait là aussi des économies.

Chaque jour qui passe me donne de plus en plus raison en ce qui concerne la montée exponentielle du chômage un peu partout dans le monde. La notion de travail telle que l’on connu nos parents et grands parents est de l’histoire ancienne.

Les caissières au supermarché, nous le voyons bien, sont remplacées par des caisses automatiques (Pizza Hut en Asie a déjà commencé à remplacer ses serveurs par des robots). Les voitures récentes sont quasiment toutes informatisées et diagnostiquent elles mêmes les pannes et réparations à faire. Les voitures, les chaussures, la pharmacopée, le bâtiment, l’agro alimentaire nécessitent de moins en moins de main d’œuvre en raison de la robotisation des tâches. Si vous doutez de mes affirmations, je vous invite à vous renseigner sur le net. Il y a pléthore d’exemples.

L’IA (intelligence artificielle) remplace de plus en plus les hommes dans des métiers dits “intellectuels”. N’a t’on pas créé et testé une opération chirurgicale à distance avec l’aide de robots ? OUI ! Et dans une dizaine d’année, la machine exécutera de nombreuses opérations nouvelles que nous ne pensons même pas maintenant. Les économistes prédisent déjà que dans les années à venir, le Japon ainsi que  l’Angleterre et les USA remplaceront la moitié des emplois occupés par des humains par des machines.

Bénéficier un revenu universel permettrait à des personnes de se réorienter en reprenant les études, de s’orienter vers le métier de leur choix ou simplement de vivre leur vie comme elles le souhaitent.  Les citoyens sans enfants, auraient l’occasion de donner un sens à leur vie. Aider les autres, voyager, se consacrer à l’art, aux sports, à la musique etc). Autant d’activités susceptibles de favoriser l’épanouissement de l’être humain et réduire son stress et ses maladies.

8°Et pour cause, la France est le plus gros consommateur d’anti dépresseur au monde. Le stress de perdre son emploi, celui de ne pas en trouver, des cadences infernales, une jeunesse sans avenir, des personnes jeunes et moins jeunes qui souffrent de la solitude, des moins jeunes déprimés de ne pas avoir suffisamment de point retraite pour en jouir confortablement. Toutes ces raisons conduisent au désespoir et ce ne sont pas les agriculteurs, éleveurs ou policiers qui me diront le contraire.

Le peuple de France est malade. Son  rythme de vie ne lui permet plus de s’épanouir et encore moins d’entretenir son corps et son esprit. Trop fatigué, usé par le travail ou le chômage, sa population connaît les ravages de l’obésité. Le RU mettrait fin à cet engeance. Plus de temps en famille, ou avec les amis, serait bénéfique aussi bien pour le mental que pour le corps. Nous n’aurions plus à attendre désespérément le weekend ou les vacances annuelles pour fuir ce monde insensé et sans pitié !

9°Créer sa propre entreprise sans risquer la suspension du chômage ou du RSA, par une administration aussi froide et inhumaine qu’incompétente. Et je sais de quoi je parle, j’ai vécu cette amère expérience. Ce comportement incompréhensible pour le commun des mortels,  incite de moins en moins d’auto entrepreneur à se lancer dans l’aventure. D’autant plus que sur 1 million d’auto entrepreneurs, 40% ne peuvent vivre de leurs ressources jugées trop faibles (Chiffre INSEE). Le RU aurait au moins le mérite de rassurer quoiqu’il arrive l’entrepreneur. Les bénéfices réalisés s’ajouteraient au RU. L’administration n’aurait pas à dépenser des centaines de millions d’euros à surveiller 1 à 1 les bénéficiaires chômages ou CAF et encore moins à surcharger de travail les tribunaux administratifs à chaque litige. Et si par malheur ou malchance, vous vous appeliez « Jérôme Kerviel » et étiez responsable d’un trou de plusieurs milliards dans votre entreprise, le RU ne pourrait être saisi, ni servir de garantie pour un prêt auprès d’un établissement bancaire public, privé ou autre. Ça rassure !

10°Le revenu universel permettrait à tout individu de trouver sa voie dans le domaine de son choix ou bien de travailler grâce au télétravail. Avec la garantie du RU, on verrait de nombreux villages reculés se repeupler  par ceux qui apprécient le calme et la solitude de l’arrière pays sans pour autant se couper du monde grâce à internet. Les maisons seraient à nouveau entretenues et les villages reprendraient peu à peu vie. C’est là qu’entre en jeu « Le certificat de logement » que j’ai développé dans mon livre «  L’échec d’une révolution ». Ce concept mettrait fin aux marchands de sommeil, à la thésaurisation immobilière et à une inflation immobilière aussi malsaine qu’infondée.

11° Avec le revenu universel, les femmes seraient mieux protégées et indépendantes. Le simple fait de percevoir à vie le RU sans dépendre de qui que ce soit, les placeraient sur un pied d’égalité face aux hommes. A titre d’exemple, les femmes seraient financièrement indépendantes face à leur mari en cas de divorce, et n’auraient plus à se soucier de leur retraite même si elles auraient élevé  les enfants et s’occuper de la maison.

12° Le revenu universel serait à mes yeux, utile pour lancer une vaste opération de retour des migrants. En effet, la France n’a pas les moyens d’entretenir ni même de soigner des milliers de migrants  sans avenir dans notre pays. En partenariat avec leur pays d’origine, les immigrés seraient tentés de retourner rapidement dans leur pays afin d’y percevoir un revenu universel qu’ils ne pourraient pas obtenir en France. Cela se ferait ainsi en douceur et sans haine.

13°Le revenu universel serait une arme redoutable pour maîtriser les naissances. Sans vouloir jouer les rabats joies, je rappelle au lecteur que la surpopulation est la cause principale de l’immigration, de la famine, de la destruction de l’environnement et des guerres. Les gouvernements de tous les pays surpeuplés pourraient conditionner l’obtention du salaire universel qu’à 1 ou 2 nouveau né par couple. Cela serait à mon humble avis fortement dissuasif.

14°Le revenu universel serait vecteur de liberté, d’autonomie et de justice. Les citoyens seraient entièrement libres. Ils vivraient leurs vies comme ils l’entendent, sans contrainte, sans servitude d’aucune sorte. Ils ne verraient plus ces formes d’injustice ou des femmes et des hommes ayant travaillé plus que de raison toute une vie percevoir une retraite minable pendant que des hommes politiques s’octroient des salaires et des retraites indécents sans aucun rapport avec la réalité du travail fourni.

Il y a certainement d’autres points positifs à développer tant les possibilités sont grandes.

FORUM AUX QUESTIONS

 Les opposants au salaire universel sont souvent ceux qui trouvent cette idée dangereuse pour leurs intérêts. Je ne citerai pas de nom, vous avez déjà deviné ! De toutes les façons, toute nouvelle idée est d’abord « ridicule », puis « dangereuse » et « évidente » adage du célèbre chercheur « Idriss J. Aberkane ». « Evidente », elle le devient dés qu’un nombre suffisamment important de personnes ont pris sérieusement conscience de la gravité de la situation.

Qui va en bénéficier ?

Tous les Français. Soit, une population totale de 64 513 242, chiffre INSEE janvier 2016. Dans ma réflexion, seraient exclus de cette manne les français dont les revenus nets par mois sont supérieurs à 10 000 euros.

Sous quelle condition ?

L’octroi du salaire universel se ferait en 2 étapes. La première verrait le versement du RU à tous les retraités, actifs ou inactifs, femme ou homme ayant plus de 18 ans. Les mineurs percevraient 200 euros (gérés par leurs parents). La seconde étape consisterait à lier le versement intégral du RU à l’accomplissement du service militaire aux générations futures. Cela ne peut être réalisé seulement après que l’armée est remis en état de fonctionnement toutes les structures et bases militaires.

Les enfants percevraient 200 euros dés la naissance, 450 euros à leur majorité et 1500 euros une fois le service militaire accompli.

Que deviennent les autres prestations et aides sociales ?

Toutes les prestations sociales disparaissent au profit du salaire universel. Seuls ceux qui sont accablés par une maladie grave sont pris en charge par la sécurité sociale.

L’aide au logement disparait elle aussi ?

Oui. Car le salaire universel est calculé avec pour objectif que tout individu puisse payer son loyer, eau, électricité, alimentation et hygiène, internet et téléphone en toute quiétude.

Peut-on craindre une envolée des prix dans l’immobilier ?

Non à condition que le gouvernement freine l’appétit de certains et mette en place « le certificat de logement » dont je parle dans mon livre « L’échec d’une révolution 2 ».

Comment une famille de 4 personnes peut elle palier à ses dépenses courantes ?

Une famille composée de 2 adultes et 2 enfants de moins de 18 ans aurait pour vivre tous les mois sans travailler : 2 X 1500 pour les parents et 2 X 200 pour les enfants, soit 3400 euros. Si avec une telle somme il leur est difficile de boucler les fins de mois, je les invite à se remettre en questions ou aller travailler tout simplement !

Qui va payer ?

L’état et les collectivités locales assurent prend déjà en charge toutes les dépenses sociales et santé. Le financement de toutes les aides directes ou indirectes se chiffre déjà à plusieurs centaines de milliards par an sans pour autant relancer l’économie et la consommation. En mettant toutes ces aides dans une même main, cela devient l’équivalent d’un petit salaire. Donc son financement ne serait pas impossible sans pour autant augmenter les taxes et impôts en tout genre.

En 2010, la Vieillesse, santé, famille, chômage, logement se chiffrait à 654 milliards d’euros. Si on devait verser le RU maintenant, 64 513 242 de français y auraient droit mais réparti de la manière suivante : 48 811 510 de français pourraient prétendre au RU intégral de 1500 euros et les 15 millions restants ne percevraient que 200 euros. Cela donnerait 878 milliards d’euros pour la population adulte et 36 milliards pour les moins de 18 ans, soit 914 milliards par an. Si l’on soustrait les 654 M€ au 914 M€, l’état serait déficitaire de 260 M€. Mais à cela il nous faut calculer le montant des économies réalisées par la réduction d’un nombre important de fonctionnaires, la réorganisation des administrations, la suppression des aides matérielles et alimentaires non pris en compte……etc. Je rappelle que le fonctionnement  de nos administrations représente à lui seul 56.6% du PIB soit 1151 milliards d’euros en 2012 (Chiffre  Institut Montaigne). Ces dépenses ne représentent pas de danger tant que les recettes fiscales permettent son financement. Malheureusement, chaque mois l’état Français emprunte et donc aggrave la dette pour financer ses pertes de revenus causées en grande partie, par une fiscalité trop forte faisant fuir les entrepreneurs alors que nous sommes entrés dans une période de ralentissement économique.

Ces chiffres sont ils réalistes ?

Oui, car ils proviennent des administrations concernées. Mais ils pourraient être affinés si les administrations acceptaient de communiquer avec précision les dépenses et charges liés aux sociales en France.

Peut on chiffrer avec précision le coût de cet avancée sociale ?

Oui, et je m’y emploie. Mon propre département, les Pyrénées-Orientales est fortement touché par le chômage de longue durée. Son tissu économique tend à se réduire d’année en année. Il compte pour 460 000 habitants, 36.241 chômeurs en catégorie A soit 16% de plus que l’année précédente, auquel vient s’ajouter 51 000 bénéficiaires du RSA (Chiffre INSEE).

Au regard de ces chiffres, la situation est préoccupante. La paupérisation, la misère liée au chômage se fait cruellement sentir. Les restos du cœur enregistraient 186 132 dossiers d’inscriptions pour l’hiver 2016. Mille de plus que l’an passé. Les bénéficiaires représentent 40% de la population.

Ce sont tous ces éléments qui mon incité à entrer en contact avec les différentes administrations locales dans le but de me donner les moyens financiers et matériels pour opérer une simulation virtuelle à l’échelle du département. Il n’y a que de cette façon que nous pourrions chiffrer avec exactitude de la faisabilité de ce projet.

 Conclusion :

Le salaire universel verra le jour d’une manière ou d’une autre car il sera impossible de créer en quelques années des millions d’emplois pérennes pour mettre fin à cette tragédie quelque soit l’orientation politique du gouvernement. Sans une répartition des richesses pour relancer la consommation, les peuples assisteront impuissants à l’effondrement de notre société et de ses structures. Il en sera de même pour les autres nations du monde.

Convaincu que le salaire universel, la réduction des heures de travail ainsi que le certificat de logement, pourraient être un début de solutions, je m’efforce avec mes modestes moyens à convaincre ceux là mêmes qui ont le pouvoir de changer les choses !

Alain RODRIGUEZ

PS : pour toutes celles ou ceux qui souhaitent en savoir plus, vous pouvez m’envoyer vos mails sur alainrodriguez66100@gmail.com OU me joindre au 0786147801 (Je ne réponds pas au tel masqué)

 

Laisser un commentaire